Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

Association pour la Valorisation et la Diffusion de la Préhistoire Alpine

 

La Préhistoire Alpine

« juin 2018 »
L M M J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
 

La Préhistoire Alpine

2 juin 2010
par Millet Jean-Jacques

La recherche en préhistoire alpine explore les relations entre la montagne et les hommes à travers le temps et l’espace. Parfois fréquentée et exploitée, parfois abandonnée et désertée, les Alpes, dans ses diverses composantes, de vallées, de piémonts, d’avant pays, de massifs internes et de plateaux, ont fourni des zones de refuges ou des territoires riches en ressources diverses. Le milieu montagnard est un domaine particulier. Un monde en soi, avec ses règles, ses atouts et ses contraintes. Ses règles car le milieu dicte le rythme de vie en fonction des saisons, de l’altitude, du relief. Les ressources ne sont accessibles qu’à certaines saisons ce qui nécessite de faire des réserves animales ou minérales.

Avant de mettre en scène la vie des hommes préhistoriques en montagne il faut planter le décor.

L’altitude et la température déterminent différents étages de végétation qui sont aujourd’hui : l’étage des collines (jusqu’à 600 m, zone de feuillus de cultures et d’habitat ), l’étage montagnard (600 à 1600 m, forêt résineuse et feuillue), l’étage subalpin (1600 à 2200 m, forêt résineuse), l’étage alpin ( 2200 à 3000 m, pelouses), et l’étage nival au dessus de 3000 m, domaine des neiges éternelles. Ces limites sont valables pour le massif alpin sous climat tempéré. Durant les périodes glaciaires et postglaciaires, caractérisées par de fortes fluctuations climatiques, l’étagement de la végétation a connu de grandes variations pouvant aller jusqu’à 2000 m de différence par rapport aux limites actuelles. Ainsi pendant les périodes froides la vallée de l’Isère, située entre 220 et 250 m d’altitude, était couverte d’une végétation steppique que l’on trouve aujourd’hui au dessus de 2200 m d’altitude. A l’inverse aux cours des périodes chaudes la limite supérieure de la forêt se situait vers 2500 m.

Ainsi l’environnement naturel, soumis à d’importants changements climatiques au cours de son histoire, a profondément marqué les cultures et les modes de vie des hommes préhistoriques. Le relief est un autre facteur important car il conditionne l’accès aux ressources exploitables. Il détermine les voies de circulation et de pénétration des massifs. Sur les parcours, qui nécessitaient de longues marches d’approche, des campements intermédiaires entre les camps de base situés en plaine et les camps d’altitude voués aux séjours saisonniers, étaient installés.

Dans ses déplacements l’homme peut bénéficier d’abris naturels, en grottes ou en pied de paroi ou de blocs, particulièrement nombreux en pays calcaire. En l’absence d’abri il s’installait les campements en plain air. La présence de sources est un autre facteur important dans le choix des habitats surtout en pays calcaire où/car l’eau est rare. Alors pourquoi cet attrait des hommes pour la montagne malgré les contraintes ? Parce qu’elle permet une exploitation alternée et saisonnière des ressources animales et végétales entre plaine et montagne et offre des ressources en gibier et en matières premières minérales indispensables. Territoire de chasse, les massifs ont été parcourus dans tous les sens à la recherche d’un gibier abondant et varié, comprenant des espèces montagnardes telles que bouquetin et chamois en altitude, cerf et sangliers en moyenne montagne. En plaine c’est la chasse au renne et cheval qui est privilégiée pendant les périodes froides. La chasse à la marmotte, pour la viande et la fourrure, a été une activité marquante dans le massif du Vercors. La recherche de matières minérales pour la fabrication des outillages, telles que silex, roches dures, ocre, pyrite, quartz, représente sans doute la motivation première pour parcourir la montagne. Cette activité est toujours associée à la chasse ou la collecte de végétaux. Plus proches de nous, à partir du Néolithique, les pratiques pastorales offrent une nouvelle occasion de pénétration de la montagne à la recherche de pâturages comme en témoignent certains abris utilisés comme grottes bergeries.

Espace de contraintes, la montagne est un domaine privilégié où se sont développée des économies de subsistance intense marquée fortement par les rythmes de la nature et la présence de ressources variées et complémentaires.


calle

calle